Publié le 10/10/2016

Lectures publiques : tarifs et déclaration

La lecture publique est un acte de représentation. Vous devez dès lors obtenir, préalablement à toute lecture, l’autorisation des éditeurs, qui sont cessionnaires des droits des auteurs qu’ils publient. Cette autorisation préalable est requise, quelle que soit l’importance de l’emprunt à l’œuvre littéraire.

Vous gérez un organisme, une association,  vous êtes un exploitant de salles de spectacles ou un particulier, vous organisez  un festival, à titre professionnel ou amateur. Si vous souhaitez procéder à la lecture publique d’une œuvre littéraire, par extraits ou dans son intégralité, vous devez vous déclarer et régler le paiement des droits auprès de la SCELF (Société Civile des éditeurs de langue française), mandatée depuis le 1er janvier 2016 pour percevoir les droits d’auteurs dus au titre des lectures publiques, en lieu et place de la SACD.

Afin de faciliter vos démarches, la SCELF a établi via son site un formulaire de demande et un barème est indiqué en fonction du statut du diffuseur, du nombre de spectateurs, de la durée de la lecture, du nombre d’œuvres lues.

Quoiqu’il advienne, le diffuseur doit s’acquitter d’un minimum garanti auprès de la SCELF pour toute lecture publique d’extrait ou ensemble d’une œuvre.