Soleil-oeil-crépu Edith Azam

éd. Télégramme 2011

Je me réveille. Ça sent la pluie, le feu : Et l’orage. Je n’ouvre pas les yeux, je sais la lumière… et puis ta main dans mes cheveux. J’ai la tête posée sur ton épaule, et j’écoute ton sang qui me parle l’Afrique, j’entends : Toi aussi le sang africain : Et je suis fière de mon sang.

Page.

Edith Azam est motorisée, auteur, elle a horreur des biographies. Est née le deux mais toute seule : cela lui fait ni chaud ni froid, elle est vraiment motorisée, en France et à l’étranger. Pour le reste ? Vivre dira toujours mille fois mieux ce qui : m’autorise.