Publié le 05/10/2015

Eloge Jean-René Constant Quoy

Maher, Charles-Adolphe (1805-1888) Ecole de médecine navale de Rochefort 1869

Jean-René-Constant Quoy est né en 1790 dans une famille de médecins. À partir de 1799, son père l’initie aux plantes médicinales, lui apprend à doser les médicaments, faire des saignées, des pansements et l’emmène dans ses tournées médicales.

« Le soir, note Charles Maher, près du foyer, il lisait à haute voix les livres de science ; il entendait parler de Desault, de Louis, de Boyer et sans qu'il s'en rendit compte lui-même, les germes de la profession médicale pénétraient en lui et s'y développaient à l'avance ». Il découvre aussi les relations de voyages de Biron et de Cook. « Déjà, chez l'enfant, se révélaient les aspirations de l'homme destiné à devenir médecin, naturaliste et voyageur ».

Pas assez fortuné pour faire des études de médecine civile, Jean-René-Constant est admis à l’école de médecine navale en 1806. L’année suivante il est nommé chirurgien auxiliaire de 3e classe. Il embarque sur la corvette Le Département des Landes puis, en 1810 sur Le Jemmapes et en 1811 sur le brick Flibustier. En 1812, il est nommé chirurgien de 2e classe. Il devient docteur en médecine en 1814.

Passionné de littérature et de zoologie Quoy profite de sa nomination à Bayonne pour étudier le dessin. Cela lui permettra de revenir de ses voyages avec des carnets remplis de croquis. On lui doit la découverte et la description de centaines d’espèces animales.

Il sert comme naturaliste et chirurgien-major à bord de la corvette L’Uranie. Cette circumnavigation commencée le 17 septembre 1817 s’achève, après un naufrage et un séjour forcé de plusieurs mois sur une plage inhospitalière du cap Horn, sur La Physicienne, fin 1820. Nommé à l’hôpital de Rochefort, il rédige le compte rendu de l’expédition.

En 1824, professeur d’anatomie à l’école de médecine navale de Rochefort.

« Malgré son grade de professeur qui l'exemptait de la navigation, malgré sa santé toujours chancelante, il sentit se réveiller en lui l'ambition de faire une nouvelle campagne. Il y a de ces natures que le danger attire ».

Il part à nouveau à bord de L’Astrolabe sous le commandement de Dumont d'Urville. Son deuxième voyage autour du monde débute en 1826 et s’achève en 1829. Tout en continuant ses cours d’anatomie à l’École Navale de Rochefort, il participe à la vie académique parisienne où il devient en mai 1830 membre correspondant de l’Académie des sciences.

Enfin est promu Inspecteur en chef de santé de la Marine et est fait officier de la Légion d’honneur puis commandeur. Il prend sa retraite en 1858

À travers cet éloge, Charles Maher, retrace la vie d’un homme entièrement dévoué à la dynamique de découverte et de compréhension des « nouveaux mondes » qui anima l’Europe des XVIIIe et XIXe siècle.

Télécharger le livre au format Epub