Publié le 28/05/2015

La SGDL

La Société des Gens de Lettres a pour vocation la promotion du droit d’auteur et la défense des intérêts des auteurs.

Elle veille ainsi à la préservation du droit moral et des droits patrimoniaux de tous les auteurs de l'écrit (écrivains, essayistes, traducteurs…), que l’écriture soit ou non leur activité première, quel que soit le mode de diffusion de leur œuvre et quelles que soient les sociétés de gestion dont ils peuvent par ailleurs être membres (SOFIA, SACEM, SACD, SCAM…). Elle travaille également à l’amélioration du statut juridique et social de tous les auteurs.

Sessions de professionnalisation

La SGDL propose depuis 2009 à ses adhérents de participer à des sessions de professionnalisation animées par des professionnels reconnus, dont l’objectif est d’apporter aux auteurs de l’écrit une meilleure compréhension de leur environnement social et professionnel.
Ces sessions de professionnalisation sont soutenues financièrement par la SOFIA, dans le cadre de l’article L 321-9 du Code de la Propriété Intellectuelle relatif à l’utilisation de 25 % des sommes provenant de la rémunération de la copie privée.

Depuis 2011, la SGDL propose deux types de session :

  • une session dite de « niveau 1 » : elle se déroule sur deux journées et permet de sensibiliser et d’informer plus d’une centaine d’auteurs sur les principaux sujets liés à leur statut d’écrivain (couverture sociale, droits d’auteur, marché du livre…).
  • une session dite de « niveau 2 » : sur deux journées, elle est destinée à approfondir les problématiques relatives à la fiscalité des écrivains et aux contrats d’édition, qu’il s’agisse de livres imprimés ou de livres numériques, et permet de répondre directement aux cas pratiques exposés par les participants.

Afin d’élargir le public de ces journées, réservées à ce jour aux seuls membres de la SGDL, il a été décidé en 2012 d’ouvrir également ces sessions aux auteurs qui sont membres de SOFIA ou de la Charte des auteurs et illustrateurs pour la jeunesse.

Sur le web

La SGDL est ainsi à l’origine des principales innovations juridiques, sociales ou culturelles qui ont permis la protection des intérêts des auteurs (sécurité sociale, retraite complémentaire, revenus accessoires, droit de prêt en bibliothèque…) et plus récemment l’adaptation du contrat d’édition à l’ère du numérique.