La Cantine de Minuit Yarô Abe

Le manga

Dans ce petit restaurant situé au fond d’une ruelle du quartier de Shinjuku, le patron vous accueille de minuit à sept heures du matin. La carte ne propose que du tonjiru, soupe de miso au porc, ainsi que du saké, mais selon vos envies, on vous préparera à la demande tout ce qu’on est en mesure de vous servir.

Saucisses en forme de poulpe, curry qui a reposé toute une nuit, concombres marinés dans du son de riz… Des petits plats typiques du Japon qui réveilleront les papilles et les souvenirs du temps passé. Car ici, chaque plat est lié aux souvenirs d’un personnage : yakuza, stripteaseuse, boxer… Les habitués et clients d’un soir qui se rassemblent ici ont chacun leurs raisons, et le patron bienveillant est toujours à leur écoute, derrière son comptoir.


La chronique de Mauve

Le lecteur entre dans cet album à la manière japonaise, c’est-à-dire par ce que l’on appelle ici la « quatrième de couverture » et les vignettes se lisent de droite à gauche.
Yaro Abe nous invite, dans son volume « La Cantine de minuit » à partager avec lui des tranches de vie, des senteurs, des mets exotiques.
Le patron accueille les clients de minuit à sept heures du matin et cuisine avec les ingrédients qui se trouvent dans son garde-manger : deux ou trois plats de base et le reste à la demande.
Les amitiés, les amours se nouent et se dénouent sur fond de sauce de soja, de radis japonais ou d’huîtres panées.
A la Cantine de minuit, pas de tabou : hommes, femmes, jeunes et moins jeunes, beauté traditionnelle ou femme rondelette, lesbiennes ou transsexuels, strip-teaseuse, tout ce petit monde se côtoie et disserte.
La « patte » du dessinateur et scénariste de mangas s’exprime à travers les expressions des visages, une bouche arrondie, en forme de vague, étirée, des sourcils froncés ou rehaussés, interrogateurs.
Ce lieu de vie est un endroit où il fait bon prendre son temps.
Du noir et blanc pour cet album, mais la couleur vient des parfums exhumés par les plats concoctés avec générosité qui régalent les clients et mettent le lecteur en appétit.
Le narrateur fait un petit clin d’œil à son éditeur français en portant, sur son œil gauche, un tatouage en forme de lézard.
Le volume deux est ou va arriver très prochainement.

L’auteur

Yarô ABE est né en 1963. Il fait ses études à l’université de Waseda, où il intègre le club de mangas. Il travaille pendant près de vingt ans comme directeur dans une agence de publicité.

À 41 ans, il fait ses débuts tardifs dans le manga après avoir gagné le prix Nouveau talent Shôgakukan en 2003. La Cantine de minuit, qui débute en 2006, rencontre peu à peu le succès, jusqu’à être adapté en série télévisée en 2009. Depuis, le manga, très populaire au Japon, a reçu plusieurs prix.