La Guerre est une ruse Frédéric Paulin

éd. Agullo 2018

Le roman

Algérie, 1992. Après l'annulation des élections remportées par le Front islamique du salut, une poignée de généraux, les " janviéristes ", ont pris le pouvoir. L'état d'urgence est déclaré, les islamistes pourchassés ont pris les armes. Le pays sombre dans une violence sans précédent...
Tedj Benlazar, agent de la DGSE, suit de près les agissements du tout-puissant Département du renseignement militaire, le sinistre DRS qui tire toutes sortes de ficelles dans l'ombre. Alors qu'il assiste à l'interrogatoire musclé d'un terroriste, Tedj apprend l'existence de camps de concentration où les islamistes seraient parqués dans des conditions inhumaines. En fouinant plus avant, il met au jour des liens contre-nature entre le DRS et les combattants du GIA. Quel jeu jouent donc les services secrets avec les terroristes ? Les massacres quotidiens sont-ils l'œuvre des uns ou des autres ? Ou d'une instrumentalisation diabolique des seconds par les premiers ?


 La chronique de Monique

Frédéric Paulin nous propose dans ce roman La Guerre est une ruse un véritable roman d’espionnage dans lequel son personnage Tedj Benlazar, métissé franco-Algérien, agent en Algérie de la DGSE, anti-héros, va tenter de percer le secret algérien : des relations souterraines entre les services secrets algériens et le GIA islamique durant la guerre civile algérienne des années 90.
L’auteur propose, à travers cette fiction, une réflexion sur les manigances politiques, les tractations entre les différentes parties pour justifier la mise en place de la dictature algérienne dirigée par les militaires. L’Histoire de cette guerre civile qui s’est déroulée entre 1990 et 1995 est le décor de ce roman où la fiction se mêle à la réalité.
Le titre « La guerre est une ruse », phrase prononcée par Mohamed Merah en 2012, est l’expression de ces relations mensongères, manipulatrices, hypocrites, qui masquent les trucages et font illusion devant les autorités françaises. Le romancier tisse les fils de ces trames, d’autant plus facilement qu’il utilise une documentation extrêmement fournie, avec des détails très précis quant aux lieux, à l’atmosphère, mais surtout aux actes d’une cruauté barbare qu’il impute aux agents et dirigeants de la DRS, services secrets algériens dépendant du ministère de la défense. Ces attentats, ces assassinats massifs, ces actes de torture cruelle injustifiés démontrent l’état de terreur dans lequel la population algérienne a vécu.
Pourtant cet anti-héros, considéré incompétent par les Algériens, saura utiliser cette apparence indolente et inefficace pour ruser lui aussi.  Il défend des valeurs humanistes de justice et de liberté. Il va tenter d’apporter des preuves réelles de la duplicité des services secrets algériens, de leur implication dans les attentats et de la création de camps de concentration, le désert servant ensuite à l’élimination des témoins gênants. Ce personnage sensible, aidé et protégé par un mentor plus âgé et plus gradé que lui, va apprendre à masquer ses sensations devant la barbarie la plus abjecte et à agir dans l’ombre pour sauver in extremis et grâce à un commissaire algérien honnête, une jeune femme en l’expatriant dans l’urgence.
Une écriture fluide qui rend compte du jeu de chacun des personnages à partir de descriptions caractéristiques des comportements. Le suspense est total et croît au fil des pages. L’interrogation sur le rôle des dirigeants Français de cette époque… leur implication ? leur impuissance ? fait aussi de ce roman un récit passionnant.
Frédéric Paulin débute ainsi une trilogie sur la montée du djiadisme en France.

L’auteur

Frédéric Paulin écrit des romans noirs depuis presque dix ans. Il utilise la récente Histoire comme une matière première dont le travail peut faire surgir des vérités parfois cachées ou falsifiées par le discours officiel. Ses héros sont bien souvent plus corrompus ou faillibles que les mauvais garçons qu'ils sont censés neutraliser, mais ils ne sont que les témoins d'un monde où les frontières ne seront jamais plus parfaitement lisibles.

 

L’éditeur

Les livres des éditions Agullo s'inscrivent dans un monde où la curiosité et l'appétence de l'autre sont les meilleurs remèdes contre la peur et l'ignorance ; où un grain de fantaisie, un point de vue décalé et une dose d'humour sont les ingrédients nécessaires à une bonne lecture.

La maison d’édition est basée en Gironde (33).