La Passe-muraille Julie Cuvillier-Courtot

éd. La cheminante 2017

Le début du roman

« Avant de vous raconter »

Coline est une jeune femme au foyer et pourtant elle en a fait des études. Diplômée bac ++ en sociologie. Elle est aussi pleine d’imagination. Son mental regorge de scénarios ridicules, sentimentaux, tragiques et érotiques. C’est une femme après tout. Mais, aujourd’hui, la féminité est une tare. En effet, honnie soit-elle, la douce rêveuse d’amour éternel, de fidélité, de confiture maison. Que renvoie la société à celles qui aiment faire le ménage en chaussettes et en chansons, en joggings, tout en jubilant parce que les leurs se sentiront mieux en rentrant dans un foyer propre aux senteurs d’orange méditerranéenne et de gâteau au chocolat ? Rien. »


La chronique de Mauve
 
On ne finira jamais de parler de ce qu’ont vécu les juifs durant la seconde guerre mondiale et c’est très bien.
Même un court texte comme celui-ci permet le travail de mémoire.
Mais cet ouvrage est encore bien plus.
Un jeu de mot, le titre ? Pas si sûr, lorsque l’on connait la situation actuelle où les murs séparent les pays en deux, les parents des enfants, les amis des amis.
 
Coline (un prénom tout en rondeur qui colle à la peau de notre personnage féminin) est interpellée par son voisin, vieil homme taciturne, parce que le lierre envahit son jardin en passant par le mur mitoyen.
Coline décide donc de faire le nettoyage, elle gratte, elle déracine au propre comme au figuré. En effet, davantage que le mur mis à nu, ce sont les paroles et les souvenirs du vieil homme qui ressurgissent.
C’est une jeune femme qui sort des sentiers battus. Elle revendique ses rondeurs et son statut de femme au foyer. Elle aime donner du temps à ceux qu’elle aime.
 
Dans ce récit, la narratrice met en regard deux mondes : celui de son voisin devenu veuf trop tôt et celui de sa famille.
Elle observe les uns et les autres, écoute l’homme seul mais épie malgré elle, un brin amusée, ses enfants qui jouent dans le jardin.  Elle surprend également une conversation téléphonique entre son mari et la sœur de ce dernier et se sent terriblement émue par les paroles de l’époux. Il l’aime, il la respecte, il dit son bonheur et la confiance qu’il éprouve envers sa femme, les valeurs communes, la force de l’amour et de la famille. D’ailleurs, avec les enfants, il va préparer une salade faite avec amour pour elle, femme et mère.
La passe-muraille fait se rencontrer plusieurs mondes et se croiser plusieurs vies. Elle fait tomber les murs. Elle suit les traces de Monsieur Weil et remonte le temps de l’Alsace au Périgord.
La couverture du livre est elle-même un exemple de pluralisme et de tolérance.
 
Si « un vieillard qui meurt c’est une bibliothèque qui brûle », la naissance d’un enfant est une promesse faite au monde.
 
Coline, atypique, croit en cela, lorsqu’elle apprend la disparition du voisin et le début d’une vie qui grandit en elle.
 

L’auteur

Julie Cuvillier-Courtot est romancière. Née en Alsace d’une mère franco-allemande et d’un père Nord-Africain qu’elle n’a pas connus, elle est adoptée par une famille d’origine espagnole, grandit en Alsace et vient s’installer à Bordeaux où elle vit.