Publié le 07/11/2016

Le Capitaine Farignas, épisode du siège de Badajoz

impr. de A. Siret (La Rochelle) 1854

Du 16 mars au 6 avril 1812, Farignas, capitaine des dragons, espagnol au service de la France, participe au siège de Badajoz, pendant la guerre d'indépendance espagnole.

« Alors qu'en 1848 la guerre pouvait surgir des complications nouvelles apportées aux relations internationales, alors que dans cette prévision, le sol se hérissait de baïonnettes, il pouvait devenir utile de réveiller en France l'esprit militaire que depuis quinze ans l'esprit mercantile avait si profondément altéré. »

Les faits, écrit en cette période trouble, sont relatés dans un article du Courrier des marchés, périodique rochelais, en 1854. E. Labretonnière se rappelle de sa rencontre avec deux hussards à la fin de 1812.

« La France alors prenait l'aspect d'un vaste camp ; Moscou venait d'être évacué par la grande armée. Napoléon, comme s'il eût prévu qu'il dût bientôt en appeler à la valeur de ses soldats, de l'audace meurtrière des éléments conjurés, qui avaient pour la première fois arrêté sa marche, Napoléon avait rappelé d'Espagne une partie de la cavalerie qui, depuis quatre ans, y soutenait une guerre terrible. Les villes de garnison avaient donc, à leur grand plaisir, reçu presque toutes de nombreux renforts. »

C’est près de Fontenay-Le-Comte, en Vendée, où stationne le 10eme régiment, que l’adolescent écoute le récit des hussards : l’histoire du capitaine Farinas est traité comme un court roman. On y retrouve le capitaine, espagnol au service du roi Joseph 1er, frère de l’empereur Napoléon 1er.

La guerre d’indépendance espagnole débute en 1808 lorsque Madrid se souleva contre l’armée française. L’insurrection se généralise à tout le pays après que Napoléon obtient l’abdication du roi d’Espagne. L’armée française se heurta à une guérilla, puis à l’armée anglo-portugaise. Débordés, les soldats de l’empereur durent refluer en deçà des Pyrénées en 1813.

Badajoz est un des épisodes les plus sanglants de cette guerre : plus de 6000 morts et blessés en une vingtaine de jours. Dans les pas du capitaine Farinas nous suivons les combats âpres et souvent désespérés des assiégés. Mais aussi le sort de la population de Badajoz partagée entre Fernandistes (partisans des insurgés et alliés anglo-portugais et afrancesados (dévoué au roi Joseph 1er).

Rédacteur  : Bruno Essard-Budail

 

Télécharger au format Epub

Etablissement de la région qui possède un exemplaire consultable :

Médiathèque Michel-Crépeau à La Rochelle

L'annuaire CLL