Ma compagne mon bourreau Maxime Gaget

éd. Michalon 2015

Le récit

Ils sont de grands oubliés, représentent un non-dit au coeur du tabou de la violence conjugale: les hommes battus. Leur parole est souvent tournée en dérision, niée. Maxime Gaget connaît bien cette solitude, ce désarroi face à une brutalité méconnue et ignorée. Un témoignage unique, courageux et poignant qui lève le voile sur l'autre visage de la violence conjugale.


La chronique de Claude

Un autre monde mais qui existe et qu’on a du mal à comprendre. Comment un homme sensé et réfléchi (ou une femme) peut-il en arriver à être incapable de réagir à une violence physique et psychologique extrême au quotidien, à être totalement dépossédé de tout et avant tout de sa dignité d’être humain ? Dès qu’on l’a commencée, la lecture ne peut s’interrompre et on accompagne Maxime au bout de son calvaire. Petit à petit, tous les ingrédients sont là, parfaitement visibles et Maxime le sait. Inutile de l’avertir, nous lecteurs, car il sait. L’envie de l’aider est forte, de le prévenir puis de le tirer de sa prison infernale.
Encore une fois, au nom de l’amour ou surtout d’une vision subjective de l’amour, un être abandonne sa raison et son self-défense pour se jeter dans le piège. L’histoire de Maxime en est une des versions les plus effrayantes.

L’auteur

Maxime Gaget est informaticien. Il vit en Charente.