Mortels habitants de la Terre Marie-Noëlle Agniau

éd. L’arbre à paroles 2016

Le recueil

Assumer par le poème la disparition de l’écriture cursive et la mise en écran du monde, il le faut au moment où meurt la mère qui vous a enfantés : ne pas revenir est la règle du vaisseau.


La chronique de Vincent

Marie- Noëlle Agniau est née à Verdun, une contrée de la frontière, des limites anciennes d’un territoire.  Une terre disputée, convoitée. Dans « Mortels habitants de la terre » elle quitte le continent pour un voyage en 38 escales. Car c’est bien le compte-rendu d’un voyage, un double périple.  Non pas terrestre, donc, mais maritime. A la fois une navigation vers une île lointaine – ou proche – loin du rivage. Où les sens sont éveillés, où les couleurs miroitent, où les réminiscences du passé surgissent. Et surtout une balade sur le clavier de l’ordinateur, qui acte « la disparition de l’écriture cursive ». Une analogie entre la disparition de sa propre mère et celle de ce type d’écriture.

L’auteur

Marie-Noëlle Agniau née en 1973 à Verdun est une poète et philosophe française.

Elle fait sa scolarité dans différents collèges et lycées en France après avoir passé une partie de son enfance en Allemagne, non loin de la frontière.
Elle étudie la philosophie à l'université de Poitiers où elle soutient, sous la direction de Natalie Depraz, un mémoire de maîtrise (Les Méditations Cartésiennes, une approche phénoménologique de l'intersubjectivité, Université de Poitiers, 1995) sur la phénoménologie de Husserl.
Elle « entre en écriture » l'année d'après et participe depuis à de nombreuses lectures publiques et festivals poétiques. En 1998, elle débute la rédaction quotidienne d'un carnet de bord et journal intime où sont consignées, dans le récit de la vie, notes de lecture et réflexions. Elle a produit et animé de 2002 à 2014 sur le réseau de radios chrétiennes RCF un billet philosophique et des chroniques littéraires.
Elle publie régulièrement en revue et recueil. En 2004, elle commence chez l'éditeur Yves Perrine, la « petite œuvre », vaste poème ininterrompu.

Depuis 2009, elle anime ponctuellement des ateliers d'écriture et intervient dans les écoles primaires et collèges.