Nager Richard Texier

éd. Gallimard 2015

Le roman

«Chacun d’entre nous, sans l’avoir vraiment décidé, nage depuis l’enfance vers les rives de terres inconnues que l’expérience de la vie révèle peu à peu ; elles deviennent des mythes fondateurs. Ils écartent les plaques tectoniques de l’esprit, laissant grandir une cosmologie personnelle, faite de rencontres, de hasards et d’éblouissements.
Je me souviens de ce jour, à mes débuts, où je souhaitais peindre une œuvre de moyen format, sur une toile enduite d’un apprêt blanc. Je regardais la surface vierge, sans aucune idée préalable. Je fouillais mon esprit, cherchais une piste, en vain, rien ne venait. Un mot m’est alors apparu, puis un autre, et des brassées, des phrases même. J'ai noté cet étrange message venu de mes profondeurs mentales, qui nageait mollement vers la surface, telle la carpe albinos du père Achu, aux yeux rouges et hallucinés.»


La chronique de Claire
 
Récit de l'enfance, « Nager » plonge le lecteur dans les eaux mystérieuses du marais poitevin vu à travers les yeux de l'artiste en construction. Par une galerie de portraits des voisins, des cousins, de la famille et du village, souvenirs d'une époque révolue, l'auteur raconte quelques épisodes d'une jeunesse marquée par une sensibilité particulière. Odeurs, couleurs, textures, nature omniprésente : le fil de la mémoire nous emmène vers une réflexion sur le processus créatif, d'où vient l'imaginaire et quel rôle joue le cerveau dans le geste de peindre, de sculpter. L'écriture magnifique et précise de Richard Texier est un voyage au pays des sens et de son propre imaginaire.

L’auteur

Richard Texier est né à Niort en 1955. Il passe son enfance au nord de la Charente, se met à peindre à l'âge de 12 ans et se passionne pour les expériences surréalistes dès l'adolescence. Il entame à partir du début des années 1980 une très longue série de voyages : à New York, Barcelone, au Japon, en Belgique, en Russie, en Chine, en Birmanie…, série qui ne cessera finalement jamais. Il démarre la sculpture à son retour de Moscou en 1992. Après avoir installé son atelier nomade à travers le monde, il vit et travaille aujourd’hui à Paris. Son œuvre est présente dans de nombreuses collections publiques et privées, en France et à l’étranger. Le musée national de Taïwan en 1996, le musée du Luxembourg en 1996, le musée de la Marine à Paris en 1996, le musée du Botanique à Bruxelles en 1993, le Pavillon de la Culture à Moscou ainsi que le musée des Beaux-Arts de Shanghai en 2005... lui ont consacré une exposition personnelle.

Il publie aux éditions Gallimard, coll. Blanche.