Omaha blues Patrick AMAND

éd. Du Caïman 2014

Le recueil de nouvelles

Décidément, 70 ans après, personne l’en a fini avec le débarquement de Normandie, de ceux qui y ont participé à ceux qui le commémorent… Après avoir débarqué en Afrique du Nord et en Sicile, le soldat Jim O'Gara survivra-t-il à l’enfer d’Omaha Beach ?
Quarante ans après avoir été parachuté, quel secret porte en lui le vétéran anglais de la 6e Airborne Will Tucot ? Les passionnés du D-Day qui préparent une expédition en 2008 pour rapatrier un C-47 Dakota de Slovaquie seront-ils frappés par une malédiction liée à l’histoire de cet avion ?
Évacué en 1939, Hans Gärtner reviendra-t-il à Saint Vaast-La-Houghe le 12 juin 1944 pour y trouver l’amour ou la mort ? Les retrouvailles des deux vétérans canadiens autour de leur char à Courseulles-sur-Mer en 1984 seront-elles si joyeuses que cela ?
Comment le Résistant normand Léon Karadoc peut-il être à ce point poursuivi par des histoires de pieds durant toute la guerre ?
Le Président Obama honorera-t-il un véritable héros lors des cérémonies commémoratives de 2014 ? Et si le débarquement avait été repoussé et les Alliés rejetés à la mer par les Allemands en septembre 1944 ?


La chronique de Marie José

Ce livre comporte 14 nouvelles à sujets historiques puisque toutes elles ont un lien avec un lieu et une époque, la Normandie et le débarquement des troupes alliées dans la France occupée de la seconde guerre mondiale. Le lien peut être plus ou moins distendu. Si l'auteur met en scène quelques soldats au jour J., il convoque d'autres personnages évoluant en dehors de la scène initiale historique dans le temps d'après, dans des lieux périphériques et pour la nouvelle intitulée "Hantz Falckenbach (1919-2010)" dans un temps qui aurait pu advenir.
Le livre ne s'adresse-t-il qu'à des lecteurs férus d'histoire et de cette histoire-là ? Des lecteurs aimant les émotions guerrières, patriotiques, viriles, héroïques ?
Non. L'auteur a choisi un genre littéraire, la nouvelle qui va à l'encontre d'un catéchisme historique. La fin, la chute surprend, bouscule, trouble le confort du lecteur. Si le roman est facilement historique avec en référence moult notes puisées dans les archives, il est souvent mensonge conscient ou non à visée idéologique.  Par contre la nouvelle tout aussi alimentée par les mêmes sources introduit sa part de trouble dans le réel.
 La fiction et qui plus est, dans ce cas précis, pimentée d'humour noir, au service de la vérité historique ? A vous de voir.

L’auteur

Né à Poitiers en 1970, Patrick Amand est passionné par la Seconde mondiale et nourri aux polars de Didier Daeninckx et Frédéric H. Fajardie, il aime allier l’écriture et l’histoire et s’intéresser à des faits historiques peu connus.