Publié le 22/04/2015

Parfum des prairies (le Jardin parfumé), manuel d'Erotologie arabe

Le jardin parfumé Mohammad al Nafzaoui Louis Perceau Jean Fort éditeur 1935

Parfum des prairies, plus connu sous le titre Le jardin parfumé, a toute sa place dans l’Enfer. C’est un livre (hautement) érotique !

Mais, ô Maure fervent ! où passe ton stylet
La fleur s’épanouit en vivantes dentelles.

Enfer. Il existe un Enfer des Imprimés, qui fait partie de la Réserve des livres rares et précieux conservé à la Bibliothèque nationale de France. Il a longtemps fallu faire une "demande d'enfer" pour consulter les ouvrages qui y sont conservés. Au début du XXe siècle, les lecteurs de l'enfer étaient isolés des autres usagers par un paravent. Guillaume Apollinaire a participé à la rédaction de son premier catalogue. À ses cotés se trouve Fernand Fleuret et un certain Louis Perceau.

Parfum des prairies fait partie de cet Enfer. Louis Perceau, natif de Coulon dans les Deux-Sèvres en a assuré l’édition et rédigé notices et appendices sous le pseudonyme de Helpey, bibliographe poitevin. Parfum des prairies, plus connu sous le titre Le jardin parfumé, a toute sa place dans l’Enfer. C’est un livre (hautement) érotique !

Louange à dieu ! Que sa volonté soit Accomplie ! Il a fait les joies de l’amour pour les hommes et pour les femmes : les hommes trouvent le bonheur au fond du zouque et les femmes se réjouissent du tota des hommes. L’Enfer, pour les bibliothécaires c’est avant tout une cote, apparue en 1844 pour rassembler tous les ouvrages licencieux sous une même appellation. Il regroupe environ 2000 ouvrages. L’Enfer meurt en 1969 (année érotique s’il en est) et réapparait en 1984 mais seulement pour des raisons pratiques. Il est désormais aussi facile d’y accéder que n’importe quel sujet. L’Enfer est a portée de la main.

Onze exemplaires de Parfum des prairies (le Jardin parfumé), manuel d'érotologie arabe d'après une traduction littérale inédite faite en 1860 par Antonin Terme et la Mauresque Nefissah, publiée avec notice par Helpey, bibliographe poitevin [Louis Perceau] sont conservé par la BnF. L’un date de 1933 les autres de 1935, identiques au document que nous vous proposons.

La traduction de celui-ci est antérieure à l’ouvrage publié sous le titre Le jardin parfumé par le baron*** qui est l’édition courante du texte attribué à Cheikh Nejzaoui

Parfum des prairies propose en plus notices et appendices qui éclairent l’œuvre, précise le travail des traducteurs et révèle les différentes versions.

Louis Perceau (1883-1942) cite une lettre où de Guy de Maupassant, alors en voyage « en plein Sahara » présente le texte : Je viens de découvrir ici un livre arabe, lubrique, remarquablement traduit par un officier supérieur français. L’histoire de ce livre est curieuse. Un écrivain arabe allait être mis à mort par ordre d’un bay […] quand il obtint sa grâce à la condition qu’il écrirait un livre capable de réveiller les passions de son souverain. Mais les dates d’édition (1850) ne collent pas. Est-ce un faux, une mystification ?

Louis Perceau détaille les diverses traductions et éditions de l’ouvrage : nous sommes en plein roman policier ! Pour conclure : Il est vraisemblable que, faite sur les indications de Maupassant ou simplement sur la contrefaçon Lehec, l’édition Lisieux s’est bornée à corriger la traduction précédente. […] Si ce n’est une traduction [celle présentée ici] vraiment littérale, c’est, du moins, celle qui nous donne l’idée de la plus exacte de ce remarquable ouvrage où se marient harmonieusement la poésie et la sensualité orientales.

À la fois Kama sutra et Mille et une nuits Le parfum des prairies dévoile les corps et les décline en d’innombrables postures, car l’auteur veut livrer le secret de l’univers : le paradis ; et le paradis, c’est le corps des femmes. Classification des plaisirs et diverses manières de les goûter, préceptes d’hygiène, composition des baumes et parfums, recettes aphrodisiaques, glossaire érotique Arabe/français (de Acacas = lesbiennes à zouque = autre nom des parties sexuelles de la femme en passant par Tota = Zeb = le membre viril), le tout épicé d’histoires subjectives : Histoire de la femme aux deux maris, Histoire de la femme qui a prit la place de son amie, à consommer sans modération…

consulter le fonds régional Gallica Poitou-Charentes

Onze exemplaires de Parfum des prairies (le Jardin parfumé), manuel d'érotologie arabe d'après une traduction littérale inédite faite en 1860 par Antonin Terme et la Mauresque Nefissah, publiée avec notice par Helpey, bibliographe poitevin [Louis Perceau] sont conservé par la BnF. L’un date de 1933 les autres de 1935, identiques au document que nous vous proposons.