Publié le 26/04/2016

Traité de la chasse du lièvre à courre en Poitou

Louis de La Roulière Pairault (Paris) 1888

Depuis la célèbre Vénerie de Jacques Du Fouilloux au XVIe siècle, de nombreux auteurs locaux et régionaux ont décrit et analysé les activités autour de la chasse, Robert de Salnove au XVIIe siècle ou Jacques-Elie Manceau, seigneur de Boissoudan au XVIIIe siècle pour ne citer qu’eux. Le XIXe siècle voit fleurir pléthore de textes. Le comte de Chabot signe des documentaires ainsi que des récits de chasse. Léo Desaivre s’intéresse quant à lui à la tradition et aux superstitions. Des scénettes, des pièces de théâtre ou des chansons sont aussi publiées sur ce thème. La période de la fin du XIXe siècle est considérée par Hubert Dumoustier, auteur de Saint Hubert et la chasse en Poitou, comme « l’apogée de la chasse à courre en Poitou ». C’est dans ce contexte que paraît en 1888 l’unique ouvrage de Louis de La Roulière : le Traité de la chasse du lièvre à courre en Poitou.

L’auteur, originaire du château des Loges à la Chapelle Bâton dans les Deux-Sèvres, raconte en vers les différents aspects de cette chasse à courre spécifique avec poésie et quelques touches d’humour. En dépeignant des anecdotes sur les chasses locales, Louis de La Roulière offre au lecteur des techniques de chasse, des conseils d’habillage ainsi que des conseils d’élevage et de dressage de chiens. À la fin, l’auteur répertorie avec beaucoup de précisions les équipages de la Vienne des Deux-Sèvres et de la Vendée. Cet ouvrage est un témoignage des chasses à courre dans la Vienne. Nombre de ses contemporains y sont représentés : Enguerrand de Clisson, Jacques Paulze d’Ivoy ou Arthur de La Besge en des lieux familiers des poitevins comme la forêt de Moulière.

L’ouvrage de Louis de La Roulière, « fort connu comme grand chasseur » par son contemporain Joseph Edmond Roy dans La seigneurie de Lauzon, est illustré par Raoul Gaignard. Propriétaire du château de Saint-Gelais dans les Deux-Sèvres, ce peintre de formation classique est épris de chasse et de chevaux. Son travail est varié : il a principalement peint la région et aussi œuvré en tant que graveur et sculpteur. Dans cet album, il mélange les genres. Les scènes de chasse à courre au trait fin, dynamiques et mises en scène côtoient des personnages croqués avec humour, ainsi que des portraits réalistes. Son trait change au gré du texte et se marie à merveille avec l’écriture poétique et parfois ironique de l’auteur.

Edité à 490 exemplaires, cet ouvrage est un témoignage de l’âge d’or de la chasse à courre dans le Poitou et reste encore une référence en matière de description des équipages de la Vienne, des Deux-Sèvres et de la Vendée au XIXe siècle.

Nom du rédacteur

Anne-Marie Chaumont Lisabois

Louis de La Roulière nous emmène dans une chasse à courre au lièvre dans un album illustré d’anecdotes sur des chasseurs poitevins, et magnifiquement mis en image par Raoul Gaignard.

L'annuaire CLL